Ensemble: L’édito

Ensemble n° 24: L’édito

La santé surtout

Santé ! C’est ce que nous avions coutume de dire en trinquant et en élevant notre verre à la santé des autres convives, avant : avant le Covid et les « gestes barrières », avant le régime de la « distanciation physique » qui nous contraint à garder nos distances…

Santé, dans nos vœux, de bonne année ou d’anniversaire, le vœu le plus souvent évoqué, adressé à des amis : «Bonne année, et la santé, surtout»…

Mais au fait, de quelle santé parlons-nous ? Implicitement, c’est sans doute, surtout, à la santé physique que nous
pensons… Protéger, préserver, avant tout, la santé physique, est sans conteste aussi l’objectif principal de nos gouvernants en imposant – sous peine d’amende – des « gestes barrières ». Mais en négligeant par ailleurs la santé morale et psychique.

Or, l’humain « ne vit pas de pain seulement ». Il ne vit pas seulement en se préoccupant de ses seuls besoins physiques, matériels. La sagesse biblique nous le rappelle, transmise aussi dans d’autres traditions de sagesse. La Bible, par la voix du Christ, ajoute : « …mais de toute parole sortant de la bouche de Dieu » (Mt.4,4) – ce qui se laisse traduire aussi « de toute parole », donnée et reçue, partagée avec un autre que nous-mêmes !

La santé physique est précieuse. Toutefois d’autres besoins sont essentiels, comme d’avoir un toit, de quoi manger, de quoi se vêtir, être en sécurité. Et d’autres aspects font partie de « l’essentiel » : la dimension relationnelle, artistique, la possibilité d’engagement et tant d’autres dimensions font tout autant partie de la bonne santé des humains (et je ne parle même pas de la santé de la nature, nécessaire aussi à notre santé !).

La santé que nous pouvons nous souhaiter les uns aux autres doit être comprise dans toutes ces dimensions !

Andreas Seyboldt