Ensemble: L’édito

Ensemble n° 31: L’édito

L’histoire se raconte

« Raconte-moi une histoire ! » réclamait mon fils, du haut de ses quatre ans. Pour pouvoir s’endormir, il avait besoin d’entendre une voix familière lui raconter une histoire, pour y trouver sa place – comme Bastian, le petit héros de L’histoire sans fin de Michael Ende : en lisant un livre trouvé chez un antiquaire, Bastian entre dans l’histoire et en devient un des personnages. De la même manière, la Bible, véritable   bibliothèque d’histoires et des récits, invite le lecteur à entrer dans ses histoires pour y trouver sa propre place dans la grande histoire de Dieu avec les humains.

Mais de quelle histoire parle-t-on ? L’histoire n’est-elle pas plutôt une succession de faits observables ? D’événements qui se sont déroulés à une période donnée, dans un lieu défini ? Et c’est alors le rôle de l’historien de relater ces faits qui font l’histoire.
Oui, c’est ainsi que l’on pourrait définir l’histoire d’un point de vue scientifique et historique. C’est d’ailleurs indispensable pour résister à certains mouvements politiques qui, aujourd’hui, s’arrogent le droit de réécrire l’histoire en accord avec leur idéologie. Et pourtant : pour que je puisse trouver ma place dans l’histoire, il faut bien que je puisse la raconter de « mon point de vue ». Oui, mais à condition que « mon point de vue » ne prétende pas être une vérité objective qui s’impose à tous !

Lorsque, au mois de juin prochain, nous allons ouvrir ensemble le livre de l’histoire de notre centre paroissial, nous y découvrirons les histoires, les événements, les récits qui ont « fait » le Centre 72. Et pour que nous y trouvions notre place, nous sommes invités, chacune et chacun, à la faire nôtre en y inscrivant notre propre histoire, à notre tour.

Andreas Seyboldt