Retour sur le Synode de Nancy du 5 au 8 mai 2016: S’engager davantage pour être une Église de témoins

Communiqué du Synode national de Nancy

fin_devant_temple_nancy

Le Synode national de l’Église protestante unie de France s’est réuni à Nancy du 5 au 8 mai 2016.

Dans son message d’ouverture intitulé De la peur à l’encouragement, le président Laurent
Schlumberger a appelé l’assemblée à choisir la confiance comme antidote à la peur qui ronge les rapports sociaux. Il a exhorté les membres de l’Église protestante unie à vivre cette
confiance comme un puissant levier pour mieux assumer leur responsabilité sociale.
Cet appel a été particulièrement entendu. Il s’est traduit par le vote à la quasi-unanimité de deux résolutions demandant, d’une part, l’organisation d’une protestation publique contre
l’accueil trop parcimonieux des réfugiés en France et, d’autre part, l’interpellation du gouvernement français afin qu’il propose une politique à la fois généreuse et réaliste des
exilés syro-irakiens.
Le Synode a transmis des recommandations pour la vie de l’Église, en vue de développer son engagement pour être « une Église de témoins ».
Le Synode a recommandé à l’ensemble des paroisses d’adopter la nouvelle traduction, proposée par l’Église catholique, d’une des phrases du Notre-Père, prière fondamentale pour
tous les chrétiens. Les arguments exégétiques peuvent justifier plusieurs traductions, sur cette phrase comme sur d’autres demandes du Notre-Père. Le Synode, sensible à la
démarche de concertation catholique, a ainsi choisi de donner la priorité à l’argument oecuménique, veillant à ce que les chrétiens francophones puissent continuer à dire ensemble
le Notre-Père, comme ils le font déjà depuis 50 ans.
À la veille de l’année 2017, qui verra la commémoration des 500 ans de la Réforme, le Synode de l’Église protestante unie de France a la volonté renouvelée de témoigner de sa foi
et de son engagement dans la société pour partager la confiance que Dieu offre à chacun.