Prières

Une invitation… Détendre l’arc 

Dégage-toi dans la mesure même                                                                          Où tu t’engages sans compter.                                                                          Prends de la distance dans la mesure même                                                        Où tu communies fraternellement à autrui.                                                          Le cœur humain même le plus généreux,                                                               N’est pas inépuisable.                                                                                            Dieu seul est illimité.                                                                                                   À exiger sans cesse                                                                                                     Le maximum de lui-même,                                                                                   L’être profond se dissocie et se perd.                                                                     La parole alors devient vide                                                                                      Et la prière inquiète.                                                                                              Pour retrouver un regard libre                                                                             Sur les événements,                                                                                                     Il faut fuir et se tenir,                                                                                    Tranquille et rassemblé,                                                                                       Devant le Maître de tout.

Pars donc vers la source cachée                                                                             De toute chose.                                                                                                      Quitte tout et tu trouveras tout.                                                                         Prends le temps de vivre amicalement avec toi-même.                   Respire.                                                                                                             Reprends haleine.                                                                                              Apprends                                                                                                                  Dans le repos du corps et de l’esprit                                                                       La calme lenteur de toute germination.                                                          Reçois la paix du Christ.                                                                                           Ne te hâte pas                                                                                                            Afin de mieux courir                                                                                              Dans la voie des commandements.                                                                         Le cœur au large

Sœur Myriam. La règle de Reuilly

 

Pour cet arbre planté là, au seuil de ma maison
Qui raconte ta beauté, et chante la création.
Pour le jour à midi, quand déborde la lumière,
Et pour l’ombre de la nuit qui murmure son mystère …
Amen et merci !
Pour le pain quotidien, le silence et la paix.
La rencontre en chemin, un repas partagé.
Pour la vie qui sourit, lorsque tout devient grâce,
Quand la parole guérit et apaise mes angoisses.
Amen et merci !
Pour que s’ouvre mon regard au miracle de la vie,
Que s’éveille mon écoute au chant de l’infini.
Pour que naisse la prière et parle la liturgie,
Que se tendent mes mains en un geste qui dit oui.
Amen et merci !
Antoine Nouis (La galette et la cruche)

 

Textes de Dietrich Bonhoeffer (1906 / 1945) théologien protestant allemand  sur la prière…

Lorsque le soir tu t’allonges, pour t’endormir, joins tes mains, fais silence en toi et demande à Dieu de venir auprès de toi ; ensuite, dis-lui comment tu as passé ta journée, et si tu l’as sanctifiée ou profanée ; dis-lui si tu as passé la journée avec amour ou colère, avec paix ou haine, dans le bien ou dans le mal, dans la pureté ou la souillure. Ensuite, prie pour ton âme, afin que Dieu la rende sainte et pure ; puis aie honte du mal (que tu as fait) et réjouis-toi du bien (que tu as fait). Enfin, devant les yeux de Dieu, nomme ceux qui t’aiment, remercie Dieu de ce qu’il t’a donné ta mère et ton père, de ce qu’il te donne des amis qui t’aiment et prie-le de demeurer auprès de chacun d’entre eux. Et si un jour tu as quelque chose que tu ne voudrais confier à personne, sache que Dieu voit tout et sait tout : va vers lui, et, de nuit, lorsque tout est calme et endormi, déverse sur lui ton coeur agité, et il te donnera le repos. (…) Ne l’oublie pas : c’est par la prière que tu deviendras fort.

Faire et oser non pas n’importe quoi, mais ce qui est juste. Non pas planer dans le possible, mais saisir avec courage le réel. Ce n’est pas dans les fuyantes pensées, mais dans l’action seule qu’est la liberté. Romps le cercle de tes hésitations anxieuses pour affronter la tempête des évènements, Porté seul par la loi de Dieu et par la foi, La liberté accueillera ton esprit dans la jubilation.

Prière de Dietrich Bonhoeffer

O Dieu, aide-moi à prier, et à élever mes pensées vers Toi, seul je ne peux le faire.

En moi, tout est sombre, mais en Toi est la lumière.

Je suis seul, mais Tu ne m’abandonnes pas, le secours est en Toi; je suis inquiet, mais la paix est en Toi.

En moi habite l’amertume, mais en Toi la patience; je ne comprends pas Tes voies, mais Toi Tu connais mon chemin ! (…)

Esprit-Saint, donne moi la foi qui sauve du désespoir et de la tentation.

Donne-moi l’amour de Dieu et des hommes qui efface toute amertume et toute haine; donne-moi l’espérance qui délivre de la peur et du découragement.

 

Prière de Soren Kierkegaard  ( Philosophe et théologien protestant – 1813-1855)

Tu nous as aimés le premier, toi notre Dieu, et nous te disons cela comme si tu ne nous avais aimés le premier qu’une seule fois, au commencement de toute histoire.

Mais c’est sans cesse, tout au long des jours et de la vie, que tu nous aimes le premier. Quand nous nous éveillons le matin et que nous nous tournons vers toi, tu es le premier, lu nous aimes le premier.

Même si c’est à la seconde même de mon réveil que je t’adresse ma prière, déjà tu me devances, déjà tu es le premier à m’aimer. Quand je me retire de mon travail et de mes activités quotidiennes pour penser à toi, déjà tu m’attends.

Il en est toujours ainsi, et nous parlons comme des ingrats, comme si tu ne nous avais aimés le premier qu’une seule fois.

 

Écoute…

Prends le temps d’écouter.
Prends le temps de t’arrêter.
Prends le temps de souffler…

Écoute le rire des enfants.
Écoute ton voisin de palier que tu croises dans l’escalier.
Écoute ce vieillard fatigué…

Écoute la colère, elle cache la souffrance.
Écoute le cri des affamés.
Écoute le cri des prisonniers.

Écoute le cri des éprouvés.

Écoute le cris des esseulés…
Écoute, ne sois pas pressé.

Ouvre ton coeur, sois disponible.
Cesse de mener cette vie agitée.
Prends le temps d’écouter.

Prends le temps d’aimer.
Écoute le silence…
Dieu te parle…

Écoute…

Prières Glanées – par Jean-Claude Gianadda