Ensemble: L’édito

Ensemble n° 11: L’édito
De Martin Luther à Martin Luther King
Martin Luther et Martin Luther King, sont des hommes troublés : par la crainte de la damnation pour Luther ; par la ségrégation raciale pour King.
Ce trouble les a conduits à travailler, chercher, étudier la Bible. Ils y reçoivent une conviction qui les contraint à prendre la parole pour s’opposer au système en place. Leurs mots sont semblables : « Je me tiens là (dans cette conviction), je ne puis autrement » dit Luther. « L’histoire m’a imposé une responsabilité dont je ne puis me détourner. Je n’ai pas le choix » dit M. L. King.
Leur conviction intérieure s’appuie sur une foi en Dieu nourrie par un
travail biblique et théologique, des prédications, une vie de foi, et la prière. Parenthèse : Luther disait « chanter, c’est prier deux fois ».
Tous les deux avaient beaucoup d’intérêt pour la musique et ce qu’elle apporte à la foi. Luther a écrit des cantiques, et a encouragé à écrire des cantiques. MLK de son côté a enraciné ses prédications dans les Spirituals et le Gospel des Eglises noires américaines.
Ni l’un ni l’autre n’ont été des hommes exemplaires, parce que cela
n’existe pas. On peut reprocher à Luther ses propos contre les Juifs, et à King ses aventures extraconjugales. Heureusement, il n’y a pas de saint, omniscient. Pas d’homme providentiel. Il n’y a pas d’action pure, qui n’engendrerait que « le bien ». Ils ont été l’un et l’autre au service d’un « kairos », ce temps mis à part où l’histoire rencontre un prophète, un porte-parole.
Et nous aujourd’hui, qu’est-ce qui nous trouble ? À quoi notre lecture de la Bible nous conduit ? Sur quels sujets sommes-nous contraints par notre foi à prendre position pour la justice ?
La foi n’est pas un gentil système de pensée qui me réconforte pour « l’après ». La foi est une empêcheuse de vivre tranquille. Dieu est amour et justice. Si l’amour réconforte, l’exigence de la justice nous oblige à quitter notre confort et à nous remonter les manches.
Aux membres des Eglises, ces deux hommes disent : réveillez-vous. Lisez la Bible jusqu’à ce qu’elle vous mette en mouvement, en action pour la justice. Ancrez votre action dans la prière.
À tous, croyants ou non, ces hommes disent : n’étouffez pas votre désir de justice. Même un seul homme peut transformer le cours de l’histoire.
Andreas Seyboldt