Billet biblique

« Alléluia, Louez l’Éternel »

La Bible est une véritable bibliothèque portative constituée de plusieurs
livres, écrits sur plusieurs siècles par plusieurs auteurs. On oublie que dans
cette diversité littéraire, nous trouvons aussi les chants des Psaumes.

Nous avons connaissance des paroles mais ignorons les mélodies.
C’est comme si nous avions un livre aujourd’hui constitué uniquement
des paroles des cantiques de notre recueil « Alléluia », sans aucune
portée musicale.

Des Chants sans musique En introduction de beaucoup de Psaumes, nous avons d’ailleurs des indications musicales, difficilement compréhensibles
aujourd’hui. Leur traduction est délicate car c sont parfois des mots hébreux inconnus par ailleurs. Est -ce le nom d’un instrument de musique ou une manière spécifique de chanter ?
Ces chants communautaires repris lors des célébrations juives, mêlaient à la fois, des choeurs, un ou des chantres et la foule. Nous pouvons avoir quelques idées des instruments de musique de l’époque (Psaume 150 et le
début des Psaumes 3, 4, 5, 8). Le contexte qui a donné lieu au chant est parfois précisé. La plupart du temps les Psaumes sont placés sous l’autorité du roi David, le chantre par excellence.

Des Chants de louange
Continuellement, il y a des invitations à chanter les louanges de Dieu et à exprimer sa reconnaissance pour ce qu’il est et fait pour le peuple de l’Alliance. « Célébrez l’éternel avec la harpe, célébrez sur le luth à dix cordes. Chanter lui un cantique nouveau. Faîtes retentir vos instruments et
vos voix » (Ps 33 v 2 et 3). Cette invitation est répétée plusieurs fois dans les derniers Psaumes par le « Alléluia » qui signifie précisément « Louez l’éternel »;
un chant-louange très souvent associé à la danse ( Ps 150 v 4).
Le chant des psaumes dans la piété juive est expression de joie et de foi. Jésus le reprendra avec ses disciples. Paul en soulignera l’importance lorsqu’il écrit aux Colossiens « instruisez-vous et avertissez-vous  réciproquement,  n toute sagesse, par des psaumes, des hymnes, des
cantiques ».
Nous en connaissons seulement les paroles, et si la mélodie était
tout simplement celle de nos vies.
Denis Heller